• Au pen pour avoir abusé de sa nièce

    Justice
    Au pen pour avoir abusé de sa nièce
    David Santerre
    Le Journal de Montréal
    01/10/2008 09h34      

    Un père de quatre enfants vient d'être condamné à 40 mois de pénitencier pour avoir agressé sexuellement, entre 30 et 40 fois, sa nièce de 13 ans dont la DPJ lui avait confié la garde. Jurant qu'il est fou amoureux d'elle, il refuse de croire qu'il a causé un tort à l'adolescente.

    L'homme de 58 ans, décrit par le juge Pierre Bélisle comme un retraité ayant travaillé dur toute sa vie, est père de quatre enfants et avait la garde légale de sa nièce depuis que celle-ci avait quatre mois, car sa mère était une toxicomane.

    Qui plus est, la jeune femme est porteuse du virus du sida.

    En avril 2005, l'homme que l'on ne peut identifier pour ne pas révéler l'identité de la victime, serait tombé follement amoureux de sa nièce qui avait alors 13 ans.

    Pendant les sept mois suivants, ils ont eu de «30 à 40 relations sexuelles complètes, consensuelles et non protégées», écrit le juge Bélisle, de la Cour du Québec de Longueuil, dans son jugement rendu le 22 septembre.

    Le consentement sexuel n'étant pas considéré comme valide chez un enfant de moins de 14 ans, l'homme a donc été accusé en 2006.

    «Pour lui, ce n'est pas de l'abus, mais de l'amour, il n'arrive pas à développer de l'empathie envers la victime», écrit le juge Bélisle dans son jugement, citant le rapport présentenciel de l'homme.

    «Sa délinquance est préméditée et récurrente sur plusieurs mois et orientée envers une victime fragile, il s'est tourné vers sa nièce pour satisfaire ses besoins de proximité, d'affection et de sexualité», lit-on encore.

    L'accusé «reconnaît avoir posé les gestes délictueux, mais n'en reconnaît guère la nature abusive ou nocive pour la victime, il fait porter une partie de la responsabilité de ses actes sur la victime», ajoute-t-il, se référant ainsi à une évaluation psychiatrique.

    Les enfants de l'accusé ont témoigné à l'effet que celui-ci a travaillé très dur toute sa vie et leur a inculqué de bonnes valeurs. Un travailleur social a renchéri que monsieur était très chagriné par cette affaire.

    Déplorant la préméditation de ce crime à l'encontre d'une jeune victime vulnérable, le juge a imposé à l'homme une peine de 40 mois de pénitencier.

    http://www2.canoe.com/infos/societe/archives/2008/10/20081001-093400.html


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :