• Fugues et DPJ

    Fugues et DPJ

    Il y a quelques années, les centres de réadaptation de la DPJ, qui hébergent environ 3,000 enfants en difficulté, faisaient face à de virulentes critiques. La commission des droits de la personne les a même déjà comparés à des prisons.

    La situation a bien changé depuis. En novembre 2007, la loi de la protection de la jeunesse a été amendée. Résultat, ce n'est que dans des cas extrêmes et dangereux… qu'on peut maintenant restreindre la liberté d'un jeune.

    J.E. a appris que le nombre de fugues en centre de réadaptation a considérablement augmenté depuis que ces règles ont changé. Et comme vous allez le voir, dans certains cas, ces fugues peuvent avoir des conséquences dramatiques pour les jeunes.

    François a porté plainte concernant cette situation au Commissaire aux plaintes et à la qualité des services du Centre jeunesse où est hébergée sa fille.

    Dans son rapport final, le commissaire a conclu que le personnel de l'unité a bien accompli son travail.


    Il précise que seule la dernière et
    quatrième fugue aurait pu être évitée, mais qu'elle a tout de même eu lieu parce qu'une porte qui devait être verrouillée selon les normes d'incendies… ne l'était pas.

    Saviez-vous que…

    il y a environ douze mille enfants québécois qui sont placés à l'extérieur de leur famille… en raison d'abus, de négligence ou d'abandon de la part de leurs parents… ou parfois, parce qu'ils ont de graves problèmes de comportements.

     

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :