• La DPJ ne croit pas l'ado en danger

     


    Mise à jour: 07/06/2007 07:49  
    Jeune fille en détresse
    La DPJ ne croit pas l'ado en danger
    (Journal de Montréal) Daniel Renaud
    Le Journal de Montréal

    Malgré qu'elle ait été agressée sexuellement, qu'on l'ait déjà retrouvée dans une crack house, qu'elle ait des tendances suicidaires et qu'elle fasse des fugues répétées, l'adolescente ne sera pas placée en garde fermée par la DPJ de la Montérégie.

    La raison: on ne la croit pas en danger.

    «Au moment où l'on se parle, avec le portrait que j'ai de la situation, elle peut être gardée dans un environnement ouvert», assure le coordonnateur des services de réadaptation de Valleyfield, Yves Dubois, qui rappelle que l'adolescente est arrivée au centre le 29 mai seulement.

    Selon lui, rien n'indique que l'adolescente met sa santé en danger lors de ses fugues. Il croit également que l'entourer de portes verrouillées, de gardiens de sécurité ou de clôtures ne servirait à rien.

    «C'est dangereux de prendre des moyens trop lourds. Les adolescents apprennent de leurs erreurs», dit-il.

    Mieux surveillée

    Depuis lundi, la surveillance a cependant été renforcée autour de la jeune fille de 13 ans.

    «On parle d'une plus grande proximité des éducateurs et des surveillants. On ne l'embarrera pas plus», dit-il.

    «Soyez cependant assuré que s'il y avait récurrence et qu'elle mettait sa vie en danger lors d'une fugue, je pourrais réévaluer la situation et revoir ma décision», annonce M. Dubois.

    En vertu de changements apportés à la loi, les enfants de moins de 14 ans ne seront bientôt plus placés en garde fermée à moins que le directeur de la DPJ l'autorise après avoir évalué les risques pour l'enfant ou pour autrui.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :