• La DPJ ne la surveillera pas à moins d'un signalement

    La DPJ ne la surveillera pas à moins d'un signalement

    Daniel Reanaud
    Le Journal de Montréal
    09/02/2007 07h54

    Malgré son passé violent, Karla Homolka, la nouvelle mère, ne sera pas automatiquement surveillée par la Direction de la protection de la jeunesse du Québec.

    «C'est comme pour n'importe qui. Il faut qu'il y ait un signalement. Il faut aussi qu'il y ait des faits concrets qui démontrent les inquiétudes du plaignant, sinon il ne sera pas retenu», explique la porte-parole de la DPJ, Jocelyne Boudreau.

    Dans le cas d'une femme qui accouche à l'hôpital, si le personnel médical est inquiet pour la santé du bébé, il peut faire un signalement à la DPJ avant la sortie de la mère. Cela ne s'est pas produit dans le cas de Karla Homolka.

    Situation rare

    «C'est son premier bébé, je crois. Ce n'est pas comme une mère qui en serait à son quatrième enfant, les précédents étant tous placés. Dans un cas comme celui-là, la DPJ interviendrait tout de suite», ajoute Mme Boudreau.

    «C'est rare qu'on voit une situation comme celle-là. Une femme condamnée pour des meurtres aussi sordides, qui paye sa dette à la société et qui a un bébé à sa sortie de prison», conclut-elle.

    http://www.canoe.com/archives/infos/societe/2007/02/20070209-075404.html


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :