• Les enfants de la DPJ

    Les enfants de la DPJ

    La Direction de la protection de la jeunesse, communément appelée DPJ, est une institution dont le mandat est d'assurer la protection des enfants mineurs. Selon la loi en vigueur au Québec, le directeur de la protection de la jeunesse détient l'autorité légale afin d'intervenir lorsque des soupçons pèsent concernant la sécurité d'un enfant.

    En théorie, le système doit protéger et aider par tous les moyens possibles ces enfants en difficulté. Depuis quelques années, le nombre de signalements d'enfants augmente de façon alarmante. Le documentaire « Les voleurs d'enfance », de Paul Arcand, créa une onde de choc chez la population québécoise lors de sa sortie en octobre 2005. Ce film, dénonçant des atrocités vécues par certains des enfants de la DPJ placés en centre jeunesse ainsi qu'en famille d'accueil, créa un véritable raz de marée médiatique. Le but de Paul Arcand n'était pas de discréditer la Direction de la protection de la jeunesse, mais plutôt de lancer un cri d'alarme pour ceux ayant subi de graves préjudices. Nombreux étaient les enfants qui, confiés à la DPJ et placés en famille d'accueil ayant été maltraités, négligés et abusés par ceux-là même devant les protéger. Le public fut ébranlé, car il croyait à tort que tous les enfants étaient pris en charge et recevaient amour, soins et attentions. La Directeur de la protection de la jeunesse s'insurgea contre ce film. Ne niant pas les faits rapportés et les histoires d'horreur que certains enfants avaient endurées lorsqu'ils étaient sous la tutelle de la DPJ, il se désolait que seuls les échecs aient été mis à l'écran faisant abstraction des réussites.

    La majorité des gens comprirent bien la démarche de Monsieur Arcand qui, en aucun moment, n'a cherché à nuire au système actuel. Au nom des valeurs morales de la société, il se devait de prendre la parole pour les enfants de la DPJ dont la voix n'avait pas été entendue. Une obligation morale et légale s'applique à chaque citoyen lorsqu'il est témoin ou qu'il soupçonne un enfant en danger. La Loi sur la protection de la jeunesse en vigueur depuis 30 ans fut amandée en 2006. Beaucoup de problèmes perdurent toujours par le manque de ressources financières, le nombre de places en centres et en familles d'accueil ainsi qu'un personnel surchargé par des tâches de travail impossible à remplir. Malheureusement, les travailleurs sociaux et éducateurs spécialisés, dont l'idéal était de travailler pour la DPJ afin d'aider et d'accompagner les jeunes, sont malheureusement dépassés par la grande quantité de dossiers à traiter. Certains d'entre eux admettent qu'ils jouent davantage un rôle de gardien de prison pour jeunes délinquants plutôt que d'intervenant en relation d'aide.

    Le film « Les voleurs d'enfance » eut un impact majeur auprès de la population, des médias et du gouvernement. Suite à cette sensibilisation, certaines choses furent modifiées. Par contre, un risque demeure présent. Celui que les citoyens perdent confiance et cessent les signalements auprès de la DPJ ce qui serait extrêmement dommageable pour ces gamins. Rester alerte, ne pas hésiter à dénoncer la négligence et les abus envers les enfants est le seul moyen efficace de les protéger. Le système actuel se doit d'être amélioré et non condamné.

    http://www.qctop.com/articles/les-enfants-de-la-dpj.htm


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :