• CENTRE JEUNESSE
    Affaire Rebecca Lévesque: pas d'entente hors cour
    AGENCE QMI
    Publié le: mercredi 03 septembre 2014, 21H13
     
    LÉVIS – La mort tragique de Rébecca Lévesque, au Centre jeunesse Chaudière-Appalaches, va déboucher sur un procès au civil.
     
    TVA Nouvelles a appris mercredi qu'un projet d'entente hors cour avait échoué alors qu'on en était pratiquement à l'étape des signatures.
     
    La famille a bloqué sur un paragraphe qui disculpait totalement le Centre jeunesse de la mort de la jeune femme. Cela, alors que le rapport du coroner démontre que la mort de Rebecca Lévesque aurait pu être évitée.
     
    L'adolescente est morte dans la nuit du 13 janvier 2011 des suites d'une septicémie. Alors qu'elle vomissait et demandait de l'aide, les employés, qui pensaient qu'elle simulait la maladie, ne lui ont pas prodigué les soins nécessaires.
     
    Selon nos sources, il semble que le Centre jeunesse tenait à tout prix à éviter un procès et qu'il a même été jusqu'à offrir un montant substantiel à la famille de la jeune fille, un précédent au Québec dans ce genre de cas, mais la famille aurait décidé de refuser l'offre.
     
    À moins d'un revirement, la poursuite civile de plus de 1 million $ pour négligence contre la DPJ, le Centre jeunesse Chaudière-Appalaches et cinq de ses employés devraient donc suivre son cours devant le tribunal.
     
     
    http://www.journaldemontreal.com/2014/09/03/affaire-rebeccca-levesque-pas-dentente-hors-cour

    votre commentaire
  • La DPJ de Québec se fait rassurante au sujet des droits de visite à son enfant d'un homme inscrit au Registre des délinquants sexuels.

    [...]

    Présentement les rencontres se déroulent sous la supervision d'une travailleuse sociale, mais la DPJ ne peut assurer que ce sera toujours le cas.

    http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/quebec/archives/2014/08/20140808-185236.html
     


    L'homme affiche un passé de pédophilie, il a agressé une jeune fille de 15 ans et il a été condamné pour séquestration, violence conjugale et harcèlement.

    «Les premières fois, je pleurais tout au long des rencontres. Ce qui me rassure, c'est que mon fils me fait des gros colleux en partant et en revenant. Je suis rassurée parce qu'il y a quelqu'un, mais, dernièrement, ç'a été des sorties à l'extérieur, dans le public, et ça n'a vraiment pas fait mon affaire.»
     
    Précisons que l'homme a été condamné et a purgé sa peine en bonne et due forme et que c'est parce qu'il a exprimé le désir de connaître son fils que la DPJ lui a accordé un droit de visite.
     
    http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/quebec/archives/2014/08/20140807-133545.html

    votre commentaire
  • Quand cesseront les drames commis entre les murs des Centres jeunesses ?
     
    Lors d’un article précédent, nous parlions des cas d’abus sexuels commis par des intervenants des Centres jeunesseset nous sommes en droit de nous demander quand cela cessera t’il ?
     
    Parlons maintenant des suicides commis par des enfants placés en Centre jeunesse alors que le dernier date de ce mois-ci.
     
    En effet,Guillaume Crépeau-Bonnier est la toute dernière victime à s’enlever la vie entre les murs de ceux qui sont sensé protéger les enfants.
     
    Le 18 juillet dernier, un juge de la Cour du Québec avait pourtant ordonné que Guillaume Crépeau-Bonnier reçoive des «services psychologiques», ce qui n’a pas été fait regrette aujourd’hui sa mère.
     
    Karine Bonnier s’interroge également sur le travail de la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ).
     
    La mère du jeune Guillaume Crépeau-Bonnier avoue avoir de la difficulté à obtenir des réponses à ses questions sur les circonstances entourant la mort de son fils, survenue le 9 mars dernier au centre jeunesse Huberdeau, dans les Laurentides.
     
    La réaction de la DPJ
     
    «NOUS OFFRONS NOS CONDOLÉANCES…»
     
    C’est essentiellement la seule information qu’ont accepté de dévoiler les responsables de la DPJ des Laurentides sur la mort tragique de l’adolescent de 15 ans.
     
    Le mensonge de la DPJ
     
    Source: Journal de Montréal
     
    Au cours des prochaines semaines, les intervenants concernés recevront un suivi psychologique, nous a-t-on assurés
     
    «Nous sommes excessivement malheureux et tristes d’avoir perdu un jeune. Il y a enquête. Si des correctifs doivent être apportés, soyez assurés qu’ils le seront», s’est contenté de répondre Monsieur Martin.
     
    Depuis 2002, un protocole d’intervention et de prévention des suicides a été mis en place dans tous les centres jeunesse du Québec, à la suite de recommandations d’un coroner.
     
    Le fameux rapport en version PDF: Cliquer ici
     
    Regardons quelques extrait du rapport concernant le suicide en Centre jeunesse.
     
    En 1992, la Commission des Centres de réadaptation pour jeunes en difficulté d’adaptation déposait son rapport sur le Phénomène du suicide chez les adolescents en centre de réadaptation (Samson, 1992). Ce rapport fait état de 8 suicides et 289 tentatives de suicide entre 1986 et 1989 dans les 39 Centres de réadaptation qui participaient à l’étude. De plus, 19 jeunes s’étaient enlevé la vie après leur placement. La même année, une étude conduite au Centre d’accueil St-Joseph de Joliette (Desrosiers et al., 1992), dénombre 27 sujets suicidaires sur les 79 adolescents évalués, soit 34% des sujets. Puis, en 1994, une enquête menée par des chercheurs (Cloutier, Champoux, Jacques et Lancop, 1994) auprès d’adolescents en centres de réadaptation révèle que 49,6% des 128 adolescents disent avoir fait une tentative de suicide.
     
    [..]
     
    En 1995, l’Association des Centres jeunesse du Québec déposait un rapport intitulé Le phénomène du suicide chez les jeunes : la prévention et l’intervention dans les Centres jeunesse. Ce rapport contient vingt-sept (27) recommandations à l’intention des Centres jeunesse du Québec. Suite à cet écrit, les Directions des Centres jeunesse ont décidé de se mobiliser face au problème du suicide chez les jeunes. Treize (13) Centres jeunesse se sont impliqués dans le projet de recherche de Jocelyne Pronovost visant le dépistage des adolescents suicidaires. Dix (10) ont participé à la collecte des données.
     
    Les Centres jeunesse de Lanaudière n’étaient pas de ceux-là. Les résultats de cette recherche (Pronovost, 1998) ne font que confirmer l’ampleur de cette problématique chez les adolescents en centres de réadaptation. Sur les 435 adolescents évalués, 67,8%, soit 2 sur 3, présentent un risque suicidaire modéré à élevé (77,9% des filles et 62,7% des garçons). Près du quart (24,8%) de ces 435 adolescents présentent un risque suicidaire élevé (34,4% des filles et 20% des garçons). 52% font mention de tentative(s) de suicide, certains situant leurs premiers épisodes suicidaires alors qu’ils étaient âgés de 5 ou 6 ans. De plus, 172 jeunes présentant un risque suicidaire (62%) identifient des événements rattachés à leur vécu de placement en centre
     
    jeunesse comme éléments déclencheurs de leurs idéations ou comportements suicidaires. Ils réfèrent principalement à la non acceptation du placement. Ces événements semblent créer chez eux une grande détresse psychologique.
     
    [..]
     
    «Malgré la prévalence du problème, les verbalisations suicidaires ne sont pas toujours prises au sérieux 
     
    Souvent encore, les intervenants identifient les verbalisations suicidaires et les comportements dangereux ou autodestructeurs chez les adolescents comme des conduites manipulatrices. L’analyse des histoires de vie des adolescents évalués à risque suicidaire nous démontre que ces conduites dénotent chez eux un apprivoisement progressif de la mort en bravant le danger; elles doivent donc être évaluées avec prudence.»
     
    «La méconnaissance, chez les intervenants, des informations reliées aux facteurs directs de suicide chez les jeunes dont ils assument le suivi 
     
    Une grande proportion d’intervenants (20% et plus) sont incapables de se prononcer sur la présence ou l’absence de caractéristiques hautement associées au risque suicidaire.
     
    Elles se rapportent aux manifestations suicidaires et à l’histoire suicidaire chez le jeune et dans sa famille.»
     
    [...]
     
    Sur les 14 décès rapportés, 10 jeunes vivaient dans leur milieu naturel, 2 filles étaient en famille d’accueil et les 2 autres filles résidaient dans des ressources de réadaptation. Fait surprenant, allant à rencontre des données habituelles, 64 % des jeunes décédés sont des filles (9) et 31 % des garçons (5). Aussi, les moyens utilisés par les filles étaient drastiques. Donc, « en comparaison à ce qui est observé dans la population générale québécoise des jeunes de leur âge, les garçons des Centres jeunesse sont plus nombreux à faire des tentatives de suicide et les filles sont plus nombreuses à se tuer. »
     
    [..]
     
    Pronovost et Leclerc recommandent que l’évaluation du’risque et de l’urgence suicidaire et que la cueillette de données sur les antécédents suicidaires se fassent de façon systématique auprès des jeunes constituant la clientèle des Centres jeunesse. Néanmoins, pour ce faire il faut habiliter les intervenants à investiguer la présence possible d’une problématique suicidaire. De plus, les auteurs recommandent l’adoption d’une procédure consistant à compléter un rapport d’événement lorsqu’un adolescent(e) fait une tentative de suicide ou décède par suicide. Finalement, ils recommandent que deux autres catégories de comportements fassent l’objet d’un rapport d’événement suicidaire : les verbalisations suicidaires ainsi que les comportements dangereux et autodestructeurs. Notons que cette procédure écrite au dossier servirait, entre autres, à fournir une information claire permettant à l’intervenant de jauger le risque suicidaire et de mettre en place les moyens d’intervention nécessaires.
     
    [..]
     
    Le comité a mené sa propre recherche pour constater que pour les années 1995 et 1996, «177 jeunes de 18 ans et moins se sont suicidés au Québec, 135 garçons et 42 filles. L’âge moyen des garçons était de 16,6 ans au moment du suicide et celui des filles était de 16,1 ans. Au moins 27% des jeunes décédés en 1995 et 39% des jeunes décédés en 1996 avaient déjà reçu des services des Centres jeunesse (57 sur 177) : 40% de ces jeunes recevaient encore des services au moment du décès (23 sur 57); 39% en avaient reçu au cours de l’année précédant le décès (22 sur 57)» (p. 11). De plus, on signale que ces chiffres représentent un estimé conservateur du taux réel de suicide.
     
    «Ainsi, 15% (45 sur 177) des jeunes de moins de 18 ans qui se sont suicidés au Québec au cours des années 1995 et 1996 étaient encore suivis par les Centres jeunesse au moment de leur suicide ou l’avaient été dans les mois précédents» (p. 12).
     
    [...]
     
    Les Centres jeunesse de Lanaudière 
     
    Les Centres jeunesse de Lanaudière n’ont pas participé aux deux recherchesmenées par madame Jocelyne Pronovost, la première consistant à dépister les adolescents suicidaires à l’aide des outils fournis, la seconde visant à répertorier les tentatives de suicide et les suicides complétés. Néanmoins, depuis environ deux ans, madame Ginette Bédard-Kelly, psychologue, a été officiellement mandatée par la direction pour s’occuper du dossier suicide, depuis peu à raison de deux journées par semaine. Celle-ci a, depuis lors, développé une expertise clinique dans le domaine et l’a mise à contribution dans l’établissement, dans la mesure des moyens mis à sa disposition. Par ailleurs, elle a représenté les CJL aux deux groupes de travail successifs mis en place par la Régie régionale de Lanaudière, le premier ayant élaboré les orientations régionales face à la problématique du suicide, le second étant en train d’aider à la mise en place d’un centre de prévention du suicide lanaudois. Madame Kelly participe
     
    également au Comité provincial sur la formation sur le suicide de l’ACJQ, effectif depuis janvier 2000.
     
    [...]
     
    Dans le présent contexte, les Centres jeunesse de Lanaudière doivent se positionner et voir comment ils choisiront d’articuler l’organisation des services en lien avec la problématique suicidaire……………
     
    Capture d’écran 2014-03-20 à 13.30.48 Malgré tout les suicides continuent
     
    2011, Radio Canada citait: Un adolescent s’est suicidé la semaine dernière dans un centre de réadaptation de la Direction de la protection de la jeunesse en Montérégie.
     
    Il s’agit du troisième cas de suicide en un an et demi parmi les jeunes placés sous la responsabilité du Centre Jeunesse de la Montérégie.
     
    Ce dernier suicide, celui d’un adolescent de 15 ans, s’est produit au Centre de réadaptation de Chambly, sur la Rive-Sud de Montréal.
     
    Un autre jeune avait posé le même geste avant lui, dans le même centre de réadaptation, en octobre dernier. Et une adolescente de 16 ans s’est suicidée dans une famille d’accueil de la région en décembre 2009.
     
    Ces trois jeunes étaient tous placés sous la responsabilité du Centre Jeunesse de la Montérégie.
     
    DERNIÈRE HEURE
     
    Nous devons rectifier au lieu de recommencer notre article alors que Guillaume Crépeau-Bonnier n’est pas la dernière victime même si aucune mort s’en est suivie dans le cas d’une adolescente supervisée par la Direction de la protection de la jeunesse (DPJ) a sauté du quatrième étage d’un centre jeunesse de Laval, où elle était hébergée, a appris TVA Nouvelles.
     
    La famille de la jeune fille de 13 ans estime que le Centre Notre-Dame de Laval aurait fait preuve de négligence et croit qu’elle aurait tenté de s’enlever la vie. Elle s’en tire avec de graves blessures, dont des fractures à des vertèbres et à une cheville.
     
    Selon les informations obtenues par TVA Nouvelles, son dossier médical ne faisait pas état de risques suicidaires. La mère de l’adolescente aurait cependant mis en garde les éducatrices.
     
    Contrairement aux proches, la DPJ croit plutôt qu’il s’agit d’une tentative de fugue et prend des mesures pour éviter qu’un tel évènement ne se reproduise.
     
    EN CONCLUSION
     
    Si la Loi sur la protection de la jeunesse et le devoir de la DPJ sont de protéger nos enfants mais que ces derniers sont abusés sexuellement ou poussés à la limite par des comportements digne d’interrogations que ce passera t’il d’ici les prochaines années avec les enfants de la DPJ ?
     

    votre commentaire
  • C’est un crime de toucher le corps d’un enfant âgé de moins de 16 ans à des fins d’ordre sexuel. Ce l’est aussi d’inviter un enfant de cet âge à se toucher. Lorsque l’enfant a 16 ou 17 ans, ces gestes restent criminels s’il s’agit d’un adulte en situation de confiance ou d’autorité comme le sont TOUS les intervenants de la DPJ.
     
    En effet la Loi sur la protection de la jeunesse fut modifié en 2007 supposément afin de mieux "protéger et encadrer" nos enfants en besoin de protection lor sque leur situation se retrouve en compromission selon la LPJ.
     
    Pourtant sur ce blog c'est plein d'exemple plus récents que ça qui dénonce plusieurs cas d’agressions ou attouchements sexuels commis par des intervenants de la DPJ. (voir la section actualités sur la DPJ)

    votre commentaire
  • Suite à plusieurs demandes, ici seront publiés les témoignages des VICTIMES DE LA DPJ (uniquement)

    Aucune demande d'aide ne sera répondu. Si vous avez besoin d'aide, joignez notre groupe d'entraide contre la DPJ ici: https://www.facebook.com/groups/118781108145641/
     
    Merci de prendre note que nous ne publierons pas de message permettant d'identifier un enfant mineur (ou un parent d'enfant mineur), incluant les emails, adresse, numéros de téléphones, facebook, etc.
     
    Merci de prendre note qu'il s'agit de messages publiés par des victimes qui ont visité ce blog et non par un administrateur de ce site. Nous ne sommes pas responsable de leur contenu. Les messages d'insultes contre l'un d'eux ou contre un administrateur sera simplement ignorer. Nous ne voulons pas débattre avec des gens qui ne voient pas qu'il y a de véritables abus et que les victimes n'ont pas tous mérités ce qui leur sont arrivés. Nous préférons garder notre énergie pour protéger les enfants des abus de la DPJ.
     

     
    jai eux a faire avec c incompetant ils vienne juste de sortire de l ecole non pas d enfants mais ils pardons ELLES ce permetes de juge la facon tu elevee t enfants ne retourne pratiquement t message pis en dedant de trois mois elles ce fon ofrire d poste ailleure desoler mais c le pire service jamais vue je suis un papa de trois merveilleux enfants S V P mefier vous
    NE PAS FAIRE CONFIANCE A LA DPJ !!!!! moi je vivais de la violence conjuguale avec le pere des mes enfants que lui avait un probleme de consommation ...j'ai appler la dpj pour avoir de l'aide car je n'avais personne d'autre pour m'aider et ils ont placer mes 2 filles :( Ils ont tout fait et dit plein de bullshit aujourd'hui malheureusement mes 2 filles sont adopter par une famille d'acceuil :( 
    Ne les laisser pas faire , moi j'ai perdu gros dans tout ca :(

     j'ai eu affaire à la dpj étant jeune... Je me suis fais poser les mêmes questions 100 fois. Et ils ont eu droit aux mêmes réponses, peu importe la formulation de la question. J'avais environ 8 ans et ce n'est pas ce qui m'empêchait de m'en tenir à la vérité, de leur tenir tête. Je vous l'accorde, les intervenants de la DPJ sont harcelants, ils ont peur que l'enfant mente pour protéger son parent. Mais pourquoi un enfant changerait sa réponse à une question si il est convaincu de sa réponse? Si ce qu'il dit est véridique...


    Bonjours , d'après mon expérience vécue , la dpj vient dans ta vie pour pas grand chose il suffit de quelqun qui en n'a après toi . Ensuite ses gens, font des plaintes non fondés . Alors voilà maintenant ils interrogent tes enfants à l'école et leurs pose 100 x la même question mais de façons différente . L'enfant agé de 5 à 10 ans n'a parfoit pas conscience des choses quils peuvent dire et portent de lourde conséquence . Pour ma part je trouve que à 80 / 100 du temps ils arrivent dans ta vie sans aucune raison valable.Et ils sortent de ta vie vraiment difficilement. Et je ne m'appuis pas sur les choses qu'ils ont été écrites ses des événements que j'ai vue de mes propres yeux ....


    À ma séparation mon fils avait 2ans.J'AI DEMANDÉE DE L AIDE À LA DPJ PARCE QUE MA FAMILLE VOULAIENT PAS M AIDER.ET DEPUIS LE DEBUT ILS ON VOULU FAIRE ADOPTER MON FILS,MALGRÉ LE FAIS QUE J'AI TJRS ETER PRÉSENTE ET VRAI.ILS ON VOULU QUE JE LAISSE MON FILS APPLER LA FAMILLE MAMAN..OUFF TOUT SA FAIT MAL EN CHIEN.MAIS POUR FINIR JAMAIS BAISSER LES BRAS PARCE QUE JE FAIS PARTIE DU 10% qui GAGNE CONTRE EUX.2 fois en plus à cour..MAIS POUR Y ARRIVER J'AI DU M ENTOURER DE PROFESSIONNELS DE LA SANTÉ.(Dr,ts(pour moi,)psy)..SINON TOUTE SEULE C SUR JAURAI PERDU LA TÊTE.PARCE QILS JOUENT AVEC À 100 mille à l heure gang de pas propre..OUI Y EN A BCP QUI MÉRITE DE PAS AVOIR LEURS ENFANTS MAIS POUR D AUTRES ILS SONT FOU CAREMENT...COURAGE


    ne laisser pas la dpj vous manipulee car moi il mon enlevée ma flle rosaly a hôpital et ont trouver pleins de moyen pour la prendre et ma fille alisun il mon accusee de négligence et jamais jai fait sa et le pire ses que ma fille a 15ans maintenant et jvient davoir un papier de pedyatre quil na jamais eu de negligence de ma part et je savais et yondit la meme chose sur mon bebe rosaly ne pas se fier a la police car eu appelle la dpj ny au clsc oui il enleve les enfants au bon parents et ils mon manipulé pour je fait adopter ma fille vu je suis naive alor ses chien


    étant en prise avec eux je vous le dit il se prend pour des dieu si tu fait pas tout mais tout se qu'il disent ils disent au juge vous n’être pas coopératif et il utilise sa pour garder tes enfants de plus il vont faire tout en leur pouvoir pour brisé les famille moi il on tenté de brisé mon couple mais comble du malheur pour eux ma conjointe qui est la mère des enfants a déjà passe par leur système étant jeune et savait leur jeux .
     
    il est vraiment temps qu'il reviens a leur valeur première soi la protection des enfants pas la destruction des famille et abus de pouvoir juste pour garder leur job
    Moi depuis 2009 la dpj est la. Suite a une plainte survenu au bureau, on m'avais appelle au travail pour un rv urgent avec eux. Ils ont interroge mes filles chacun leur tour ensuite moi pour finir le pere. Une plainte est entrer comme de quoi les filles avaient eu de attouchement sexuelle de leur pere. A 5ans et 3 ans elle ne savent pas quoi il se passe . L' introgation amenais les filles a jouer dit moi quelqu un ( il a tu quelqu un qui a toucher a tes chx epaule bras ventre jambe cuisse pied et vagin ) elle ont donne des noms et a la fin ils les ont forcer a dire papa j ai la video encore. Je retourne chez moi ebranller on nous avait suivi. Nous exigent de leur laisse les enfant tout ca sans policier et sans mandat. Le lendemain on passe en cours nous perdons la garde le temps du proces qui s eternisse sur six mois. 6 mois ou les trois etaient sur leur mamie les voiyant une heure par jour. Ensuite ordonnance des placer en famille d accueil devant les separer la plus veille seul et les 2 autres dans une autre ville 30 min plus loin pour un ans droit 6 heures semaines superviser par un tier de la dpj. Cette personne dormait durant les rencontre et laissaient les enfants seul dans la voiture fenetre fermer en ete pour aller chercher de quoi au depanneur. J ai porter plainte et rien de ce passer. Je me suis separe du pere du l histoire pessant donc ils ont jamais su prouver qu il etait coupable sans temoin et sans savoir le contexte de la plainte car devoilait la personne. On a cohabiter ensemble 2 mois sans dire a la dpj qu on etait separe. A la cours il demandait au pere de quitter le foyer pour me permet de recuppere la garde des trois sinon le plus jeune de 18 mois allait etre en adoption. Alors nous leur avins annoncer notre separation tout surprit nous reproche de ne pas leur avoir m entionner avant. Pk ils auraient demander autre chose???? Maintenant 3 ans que j ai la garde complet j ai passer au moins 14 intervenanta differentes depuis les enfants on ete vu gros max 10 fois en 3ans. Dernierement nouvelles intervenant prend rv avec moi elle ne sait jamais presenter a la bonne adresse. Je commence ma deuxieme annee a la meme adresse. Et c est pas la premiere qui vient me voir. Le changement d adresse avait pas ete faite dans le dossier. Imaginer les enfants sont sous protection mais la djp a meme pas changer l adresse au dossiers que serait il passer????
    Moi la dpj à esseiller de rentrer deux fois ds ma vie Pcq le père et la grand mère de ma fille fesais des plainte à la dpj il on fermer les dossier après avoir examiné tout ... mes son pas toute honnête yen n'a tu rentre chér eu Ya des bébé la ok des caisse de bière partout des sac à poubelle plein tout scotter puis leur laisse leur enfant yen n'a d'autre qui sais fait enlever pour moinque sa alors Ya pas de juste milllieu je croit par chance j'ai pogner des travailleur de la dpj honnête dans leur travaille
    Moi j'ai eux afaire a DPJ ! Une belle journer de semaine en revenant de la ville et Voilas la DPJ est la je me suis fait questionner jusqu'aux petit Heure du matin pour rien il n'avais aucun mandat juste la POLICE et puis moi trop Conne j'ai est laisser entrer avec mes gamins :( et puis ben j'ai du partir de ma maison avec mes enfants pour aller a quelque part d'autre loin de mon monde :-s Bizz quand même ce que sa peut faire dans une vie la Criss de DPJ ses juste de la Boulchite de la Marde >:O Et voilas ce que je pence de la Foutue DPJ

    Temps qua moi la dpj c juste un autre des systeme quebecois par lequel on se fait crosser daplont

    la dpj gros systeme pour proteger les enfants mon cul ca sert a augmenter le nombre de fonctionnaires de se garantir de l emplois et non regler les problemes reels il se calisse bien des enfants ce n est qu une monnais d échange et ceux qui prenne pour la dpj c est des cons tout cour la loi de cette organisme elle a plein pouvoir juridique sur tout enfants au quebec la SQ et la GRC n ont meme pas le tiers de leur pouvoir allo la protection ce serait plutot de la violation de domicile


    MOi, je suis une très bonne maman..je m'occupe des mes 2 enfants....DEpuis ma séparation sa va moins bien mais je NÉGLIGE PAS mes enfants pour autant,,, Et j'ai eu un signalement d'une femme de confiance du CSSS!!!!!!! Depuis ben sa me donne du stress suplémentaire,,,,,,Une fois qu'il sont rentré dans ta vie ben cé dure les faire resortir!! Et j'veux qu'ils me laisse tranquille...Avec ce stress c'est + facile faire des fauts pas mal interprêter...


    J'ai été 5ans et demis en famille d'acceuil . j'ai fais au totale ... 8 famille d'accueil et 14 t.s .. Wow la stabilités je me suis fais voler de largent par les famille d'accueil . jen es eu qui nous frappais qui prenais se la drugue et tout je me suis fais abuser par un de mes père de famille d'accueil j'ai gagner ma cause a la cour il y a 2,ans :)


    J'ai eu la dpj . je ne consomme pas je ne bois pas je ne sort que 3 fois par anne au bar . il sont venu chercher ma fille pour l'unique raison que mon eau sentais mauvais chez moi ... J'ai réussis a ravoir ma fille de 5 jour elle est rendue a 8 mois et il esset encore de rentre dans ma vie mais sans succès a date :) je ne les rappelle jamais je change régulièrement de numéro de téléphone et ne leur donne jamais la bonne adresse. Et je suis oublier de déménager. Pour avoir la paix ses la 5e fois cette année je déménagé car il ne me lâche pas pour des stupidités..


    mé enfant sont placer depuis 7 ans pour cause de problem de consomation et de stabiliter, se que jai quand meme accepter pour leur sécuriter et pour pouvoir men sortir en tent que pere responsable. il mont fait passer a la cour pour donner un placement a majoriter, depui 5 ans je suis stable je ne consomme plus, et ma blonde pas la mere de mes enfant attend un nouveau bébé, mais depuis 2 ans ils ont séparer mes enfants leur permetant plus de se voir me disant qu'il fesait ca temporerement pour leur trouver une nouvelle famille ensemble,se qui n'ests pas vrai, ils me change de t.s et ca o moins 4-et5 foix par années se qui fait que sé toujours a recommencer et ils ne lisent pas le dossier a moitier, pourtent il conaissent mon cheminement, juste pour direque je peut depuis 2 ans voir mes enfant séparement sens supervisions,mais les visites ne sont jamais stable ils cancelle mest rendez vous avec eux et il n'ont aucune stabiliter envers moi et les enfants. vla 2 mois, le nouveau t.s ma appeller a 8 h p.m pour sexcuser et je site ; eric je mexcuse je n'ai pas faite ma job et ils afallu que je sorte ton garcon de 9ans de sa famille d'urgence pour violance sent men dire pluse... sa leur a prix 2 semaine pour me dire le pourquoi et il a fallu que je me rendre a faire une plainte et les appeller plusieurs foix pour savoir quoi. monfils est placer là depuis 2 ans dans une famille homosexuelle en campagne, je ne suis pas homophobe mais a ma derniere revision o début de l'année moi et ma conjointe leur a fait part qu'il se passait dekoi de pas normal labas que mon fils avait des comportement pas normal, et que je voullait le ravoir ou qu'il le change de famille,ils mon affirmer verifer les familles régulierement se qu'ils ne font pas car mon fils a été victimme de violance physique torture, genre l'enfermer dans sa chambre dans le noir sent pogner sent mattela ni couverture l'envoyer la nuite dehors seul tondre le gazon et lui faire peur et pas avec une tondeuse mais un trakteur malgrer sont jeune age, lui faire des prisent de soumission pendant des heures pour qu'il ni est pas de marque physique,et j'en passe horiible et en pluse se bonhomme est le président des sindicat de la d.p.j... aucun sense, suite a la dénonciation de plusieur jeune une enquete est prisent par la S.Q. apres avoir faites subie cet enfer a mon fils il se disent prets maintenant a me le redonner, apres lui avoir faite prendre médicament, lui avoir donner aucune stabiliter et n'avoir pas fait leur job et probablement avoir traumatiser cet enfants et plusieurs d'autre, ne pas avoir écouter le parent qui a oui faite une gaffe étent plus jeune et de ne pas avoir jamais laccher et abandonner ces enfants, d'voir fait a mon fils se qu'ils mon toujours reprocher, en pluse que je suis dans une relation tres stable depuis 5 ans avec une femme quias sont diplome et travaille elle aussi o comunautaire en tent que t.s pour venir en aide aux jeune décrocheur n'ont pas sus écouter le parents,et conséquence ont détrui l'enfance de mon fils. je suis en processuse de plainte présentement et pluse, média ect... malgrer tout ca ils continusent a ne pas faire leur job et de donner support a mon fils en étent toujous en conger, visites non stable et rendez vous annuller sachant que mon fils a besois plus que jamais de sa famillese et se a sa demande. combien d'enfant sont soumis a leur system et vivent dans un system de terreur et pluse, TROP, ils faut que sa l'arrete et doit etre dénoncer, jencourage toue parents a dénoncer l'injustice qu'ils nous font vivre a nous et nos enfants, je récupere mess enfant dici noel finallement mais a quelle prix??? le malheur d'un enfant qu'ils ont détrui et que je vais réparer car je les aiment et fiere d'voir moi réparer mes erreur et de malgrer tout ne ne pas les avoir abandonner se qu'ils aurais aimer que je fassent.....
     
    un pere victime moi ausii étant jeune de se system corompus et malsaint.
     
     
    p.s. ils sont entrer dans la vie de mes enfants ont leurs a fait confiance, chose que personne ne devrait faire, si vous vivez des moments dure il ya d'autres resources ne leur faites pas confiance il vont briser la vie de vos enfants sur tout les niveaux, et je sé quoi maleureusement......

    Moi jai vecu lenfer...
    A 23 ans ma mere est decedee.. A boute avec 5 enfants jai demander de laide de la dpj pcq je navais pas de parents... Tout 2 decedes... Et laide qui mon envoyer etais empoisonner!!! Je navais rien a me reprocher!! Jetais une maman aimante ... Ils. Ont inventer des histoires... Jai vecu de labus de pouvoir de la part dune representante de la dpj... NATHALIE BEAULIEU DE ST JEROME!!!! Elle ma enlever mes enfants... a essayer de me mettre sur les anti depresseur vu mon deuil de ma mere!!! Apres une bataille de 2 ans jai retrouver mes enfants!!! Alors le texte qui ci dessus... Est vrai!!! Je ne generalise pas... Je sais quil y a des familles ou des enfants en ont de besoin sauf quil est vrai que la dpj sont dangeureuse pour les familles aimantes!!! Moi la dpj jai rien de bon a dire sur eux!!! Ils ont fais vivre linsecuriter a mes enfants et pour ca je les detestent!!! Cest une gang de caves qui meriterais LABOLITION DE LEURS DE LEURS POSTES!!!! LABOLITION DE LA DPJ !!!!

    Moi et mon frere on a ete garocher de famille dacceuil en famille daceuil et entre sa on retournais a maison mes aucause de la dpj ma famille est separer et briser :'( fack je donne un conseil a tout le monde laisser jamais la dpj rentrer dans votre vie sa va etre mieux pour vous et votre famille :)

    ils disent de bien beau mots devant le juge qui prend "acte des service qu'ils vous offre" mais quand c'est le temps d agir non prendre acte c'est pas qui vont le faire et j'ai placer mon fils en famille d'acceuil pour un mois seulement et EUX on extentionner sans preavis etc de 2 mois !!
    Je vais essayer de vous faire un résumer ... Dsl pour mon Français ;-)
    J'ai 31 ans, père de 2 enfants (g/9 f/8) . Début 2008 j'ai pris la garde des enfants alors âgées de 3 et 4 ans. La mère fus sporadiquement présente et manifesta fev 2011 avec 3 jours pour me préparer ,le vouloir légal d’être présente et essayant de démontrer en plus de 41 accusations que je ne suis aptes a élever les enfants . Je demanda une expertise psychosociale de la famille en lui accordant un droit d’accès les Mercredi et 1 FDS sur 2. Nous fumes diriger par la cour supérieur de la chambre de la famille vers Mme Carole Ouellette a St-Jérôme. A mon arriver je me penche vers les diplômes qui sont accrocher attestant Mme Ouellette entant que : Travailleurs sociale . Je démontras mon incompréhension face a la situations, car dans ma croyance de l’échelle professionnel il y a le psychiatre psychologue et a la fin se trouve le T.S. . Je fus pris en aversion a cette instant. Rapport rendu, il est recommander de donner la garde temps plein a la mère et de mener des rencontre en milieu surveiller 1 FDS sur 2 a mon égards je fus ramener. Fin NOV 2011 Je me représentas seul a la cour supposer durer 1 jours et qui en duras 3. Le Jugement fus rendu fin Jan 2012 en 156 points sur 17 pages m'accordant la garde et laissant les droits accès tel quel , Decrivants le non professionnalisme de MMe Ouellette ainsi que les multiples fausses allégations GRAVE de la mère laissais sa crédibilité et sa fiabilité très mince . Puis les Multiples allégations du Personnel écolier affirmant que les allégations ne sont point fonder. Je Fus Arrêter Fev 2012 ( un Mercredi) Pour Négligence criminel (Envers les enfants)ainsi que Menaces ( Envers la Mère) deux jours après avoir refuser une offre de garde partager . Le Jeudi La mère garda les enfants, Je dus me débattre avec la police et pour être informer et me faire dire de voir cela avec la cours. Apres une pression constante auprès de la police de Mirabel de prendre connaissance du jugement et des fais , un enquêteur accompagner d'un membre de la DPJ on rencontrer les enfants ainsi que la mère et son conjoints tandis que je déposais une requete d'HARBEAS CORPUS la a cours de st-jerome et fus rencontrer en dernier, Par le même juge qui ordonnas le jugement. Apres avoir pris connaissance de ma requete il me fis par que par le fais que le jugement étais en cour d'appel et qu'il me manquais une affidavit et sur un aire de consternation me dis : Au moins c'est la FDS avec leurs mère .. Je lui confirmas le contraire . En abaissant le menton me s'excusa de ne pouvoir rien faire et me souhaitas bonne chance .
    Je fus contacter quelque minute plus tard par l’enquêteur (+-1700hrs) m'informant que après rencontre il ne retenais pas les charges de négligence mais que madame continuais de clamer être menacer . recommandais par se fais de me rendre les enfants. La DPJ retenu signalement pour conflits parentale nuisant aux bon développement des enfants . Une 1ere T.S. fus en charge du dossier, a notre première rencontre téléphonique et AFFIRMAS avoir pris connaissance du dossier ainsi que du jugement . Apres un temps je constate que la dame na jamais lus le jugement et finis par avouer avoir eu un résumer de sa collègue . Je la somme donc de faire son travaille correctement et l'invite a me contacter par la suite . Les Jours se suivies et les accusations a mon égards s'accumulais. Malgré la bonne volonté de la T.S., il m'apparaissais évidents que son jugement étais manipuler comme MMe Ouellette et qu'elle ne détenais pas les qualité face a une tel situations psychologique. Je dus me fâcher, se qui entraîna des rencontres accompagner de sa superviseur. Je me mis a enregistrer les conversations en les avisant.
    Ceci entraîna une autre rencontre avec La T.S , sa superviseur ainsi qu'une membre de la directions de la DPJ et l'homme le plus Costaud de la Bâtisse de l'autre coter de la porte . Accompagner d'une attitude mondaine, ils essaya (DG+TS) de me faire dire que je refusais l'aide de la DPJ . Mais Mon Point resta le même, Je suis ouvert a l'aide, tant que la personne qui se permets de faire ses recommandations sois au fais du sujet et être assez fort Psychologiquement pour n’être Manipuler afin de se préoccuper du VRAI sujets : Le BIEN-ETRE des ENFANTS ! Bien que la DG et la TS ne changeais leurs discours se fus la Superviseur qui me demanda de bien vouloir la joindre a l’extérieur pour y prendre de l'air et discuter avec elle . Le GOON ( qui s'avérait être TS pour la DPJ) me suivis a l'ext et m'informas avoir pris connaissance de mon dossier, qu'il me comprend , de ne pas lâcher et de prendre le temps d’écouter sa superviseur car elle vaut la peine . Se que je fus. Elle m’offris de lui faire confiance et de lui laisser quelque jours et me reviendras avec une offre. Elle choisi donc une personne qui selon elle avais les qualité requise pour apporter des recommandations dans le meilleurs intérêt des enfants. 
    Pour la première fois la personne en face de moi semblais avoir les faculté professionnel requise. Il pris le dossier en charge durant les 5 mois restant du 1 an . Devants l'acharnement téléphonique de la mère elle fus référer durant 1 mois avec une TS de la DPJ de son coin (Terrebonne) . Cette dernière rencontras la mère et les enfants au domicile du conjoint. au mois de Mars 2013 ils y eu cours en chambre de la jeunesse. La TS de Terrebonne rendu son rapport en recommandant a se que les enfants me sois enlever et qu'ils y est rencontre milieu surveiller , Sans m'avoir rencontrer ou parler et qui durant l'attente a la cour étais avec la mère et son conjoints a dialoguer en riant comme 2 amies pour plus d'une HR sur leurs histoire de vie . Je me représenta seul a nouveau , il y avais le TS de St-Jérôme avec l'avocat de la DPJ , la Mère et son avocates et l'avocates qui représentais les enfants. La DPJ STATUA : -considérant le jugement / résilience des enfants / Mes capacités parentale / le risque que la DPJ servent l’intérêt d'un parent plutôt que celle des enfants
    Recommande la fermeture du dossier . La Mère demanda auditions afin que la DPJ reste, l'avocate des enfants demanda attendre la decision du juge et mis en suspend la démonstrations de mauvais traitement psychologique et j'accepta la requete de la DPJ. Le juge ordonna une audition en juillet afin que la mère démontre pourquoi il devrais y avoir Cour.... Durant se temps elle m'attaquais en cours supérieur .. elle essayas de m'attaquer en chambre de la jeunesse en juin et l'avocat de la DPj et celle des enfants on fais rejeter ses accusations . Juillet 2013 la mère se desisita a l'audition et le dossier fus fermer . L'avocates des enfants vinrent me voir et me recommandas de de recontacter la DPJ Car les enfants et moi n'aurions plus de ressources pour nous aider face a la situations . Résumer de la situations , Les enfants font face a du chantage et de la manipulations constante. La mère refais se qu'elle as connu ... Jusqu'en 2011 elle étais acharner sur notre plus vieux afin de lui trouver un problème d'ordre mental, il fus même analyser par l’équipe du Psychiatre en chez de st-Justine, ne trouvant pas de problème a son égards elle est maintenant sur le cas de notre fille racontant a son entourage que sa fille est lente, se promenant d’hôpital en hôpital et multipliant les accusations et les rencontre devant juge. Le questionnement continuel, en commençant par papa je veux te dire quelque chose , mais tu dois jurer de ne pas en parler. Se pourquoi que je ne relatent pas leurs dirent . C'est le désarroi mélanger a l'amour inconditionnel porter a leurs mère, qui ma fais contacter la DPJ .... entre temps elle me fis arrêter pour enlèvement ( Lendemain de la tentative de suicide d'une mère avec sa fille a Laval...) sur mes enfants durant mes jours de garde et que j’étais a la cours pour répondre de ses accusations, et du choix d’école en compagnie de son avocates sans quel sois présente .Avant que le juge nous rencontres et qu'aucune accusations d’enlèvement fus citer. La Maison de mes parents fus fouiller sans mandats, tandis que mon quartier étais ratisser et qu'ils cherchais a intercepter Ma femme qui étais en train de faire les courses avec les enfants .Je fus SOMMER de me rendre avec les enfants au Poste de Police, je fus arrêter , retirer les enfants qui fus remis a la mère . Malgré que j'avais tout papier légal démontrant la veriter . IL furent photocopier après , et analyser le lendemain . Avec insistance j'ai motiver le nouvel enquêteur a être au fais , qui statua ne pas retenir les accusations Ont n'as eu notre première rencontrent la semaines passée avec la DPJ qui a retenue signalement pour mauvais traitement psychologique ..... Voici ma portions DPJ pour l'instant représentant au max 30% du contenue Mais les grosse lignes y sont .

    J'ai été en centre jeunesse de 96 à 98 et en '97 y a eu un jeune de mon unité qui s'est suicidé par pendaison.

    Le CJM a déjà payé $1 million pour rénover la piscine du Mont St-Antoine il y a quelques années. Regardez aussi les coûts de rénovations pour leur bureau de 471 De L'Eglise à Verdun, dont un entrepreneur a le monopole (ce qui fait l'affaire du proprio de l'immeuble M. Peter Sergakis). Même chose pour l'immeuble du 1001 de Maisonneuve est, qui leur coûte une fortune de location et de rénovations.

    2 commentaires